· 

Vous avez dit Minions ?

Avril 2018. Cornouailles anglaises.

 

Quel drôle d’endroit que ce village de Minions !

 

Après avoir passé la première nuit à Plymouth dans un hôtel très banal, nous voici partis pour nos aventures cornouaillaises. En ce premier jour, cap sur les minions… euh sur Minions…

Si c’est bien son nom évoquant les petits personnages sympas de « Moi, moche et méchant », qui a tout d’abord attiré mon regard sur la carte des Cornouailles, ce fut une merveilleuse découverte une fois sur place…

 

A quelques kilomètres du village, nous entrons dans les Botmin Moors, les landes de Botmin, vaste étendue de paysages vallonnés, d’où on repère déjà quelques vestiges des « pits », les cheminées des anciennes mines de cuivre et d’étain. Les couleurs des landes rivalisent de vert et de jaune et donne une vraie idée de la sérénité de la campagne anglaise. Ici et là, des moutons ou des vaches se montrent au gré des virages.

Les landes de Botmin (Botmin Moors) sont très étendues et Minions n’en est qu’une petite partie. 208 kms2 pour être exacte. De quoi cacher quelques jolis trésors… les sources de nombreuses rivières, un lac énigmatique et des restes archéologiques (plus de 2000 sites préhistoriques ont été recensés). A l’occasion, j’y retournerai bien faire une grande randonnée...

Pour l’heure, nous voici dans ce charmant village accueilli par les Minions en personne (oui, ils ont eux aussi flairer le bon coup de pub !) et par quelques vaches et moutons en liberté qui déambulent dans les ruelles et la campagne des alentours.

 

A l’entrée de Minions, un parking donne le point de départ de la balade. La végétation rase permet d’apercevoir les vestiges des « pierres hurlantes » et les pierres du « cheesewring ». Aucun balisage ne vous dira par où passer. Il faudra faire confiance à votre bon sens pour éviter les creux et les bosses de cette terre chahutée. Et ce n’est que mieux, çà permet de sentir intensément ce lieu, et de vagabonder.

Les Hurlers

 

Ce sont tout d’abord trois cercles de pierres levées, assez basses, que l’on distingue sur le chemin. Cette étrange formation néolithique n’est pas sans me rappeler certains sites de Bretagne ! Les « Hurlers » se traduisent étrangement en français dans beaucoup de guides par « pierres hurlantes », ce qui semble à la fois logique phonétiquement et à la fois très simpliste, puisqu’elles doivent plutôt leur nom au Hurling, jeu d’équipe celtique se jouant avec une crosse. Selon cette légende, les Hurlers seraient des hommes transformés en pierre pour avoir trahi le sacro-saint repos du dimanche, en jouant au hurling dans les landes en ce jour sacré.

 

Comme souvent sur ce type de site, on ne connaît pas l’exact sens de ce positionnement et la fonction de ces pierres. Cependant, il est probable qu’elles aient été déposées en cercle pour occasionner un rassemblement ou un cérémonial. Aujourd’hui, le site est aussi fréquenté par des mouvements mystiques pour ressentir son énergie particulière.

Les légendaires landes

On parle aussi d’une panthère noire qui tuait du bétail pendant la nuit, il y a quelques dizaines d’années. Un être magique qui pourrait être sorti d’une des aventures d’Harry Potter ou des Animaux Fantastiques, puisque paraît-il, en 1884, lors d’un match de Quidditch, un vif d’or s'échappa et les joueurs mirent six mois pour l’attraper. Ce fait est relaté dans le livre « le Quidditch à travers les âges ». Seuls les fans du monde des sorciers comprendront ces dernières lignes…

The Chessewring

 

Dominant les landes, le Cheesewring semble tenir son étrange équilibre au gré des éléments. Les quelques rares arbres croisés en chemin montrent bien le vent qui domine ici, mais malgré tout le Cheesewring est en place depuis des millénaires !

Il faut dire qu’il résulte d’une bataille épique entre les saints venus convaincre la population du bienfait de leurs croyances et les géants qui dominaient à l’époque toute les Cornouailles. La force physique des uns fut battue par la force « magique » des autres, lorsque le géant ne put ajouter une pierre supplémentaire à l’édifice. D’après la légende, bien sûr…

 

Et sinon, c’est peut-être l’érosion qui causa la formation de ces cercles superposés !

 

Toujours est-il que la vue de la hauteur de ce mont est magnifique. Elle offre un paysage à 360°, sur l'ensemble des landes, de ses vallées, des vestiges industriels des mines, des chapelles abandonnées, et de champs à perte de vue.

 

  •  Le village

Mais Minions, c'est quand même un village... avec deux pubs, une cabine téléphonique, des moutons et des vaches en liberté.

 

Nous avons déjeuner dans ce pub et déguster des "potatoes" garnies délicieuses et le fameux garlic bread, le pain à l'ail !

Une bonne adresse. Le restaurateurs seront ravis de vous parler des histoires du village et des Minions.

 

 

 


Voyage avril 2017. Cornouailles, Angleterre.

Écrire commentaire

Commentaires: 0


Des voyages, des balades, des idées... Ce blog est mon reflet. C'est ici que je dépose mes pensées, mes photos et mes découvertes.

Qui je suis ? Rêveuse voyageuse ou voyageuse rêveuse, bretonne et amoureuse du monde.


Aimez, partagez...